Le Salon de Diane

Le Salon de Diane

Le cœur du Palais de Diane est constitué par la salle centrale qui porte son nom, à laquelle on accédait après avoir traversé la cour d’accès et la cour d’honneur.

De forme rectangulaire, foisonnant de stucs et représentations allégoriques toutes centrées sur la chasse, le Salon de Diane arbore un triple registre de décorations : de la voûte d’Olympe, décorée par les fresques de Jan Miel, où trône Jupiter donnant à Diane « le plus grand empire sur les chasses », le regard peut descendre à sept des dix énormes portraits équestres des ducs et de personnages présents à la cour à différentes époques, signés par plusieurs peintres au service du duc.
Le visiteur peut enfin s’arrêter à observer les dix toiles du registre inférieur de Jan Miel, toutes toujours sur le thème de la vénerie (La chasse au cerf, au lièvre, à l’ours, au renard, au sanglier, La mort du cerf, Le départ pour le bois, Le rassemblement, Le laisser-courre, La curée).

La salle, utilisée au XVIIe siècle pour de somptueux banquets et réceptions, est virtuellement coupée en son milieu par la perspective de Castellamonte qui du bourg, à l’est, passe par le Salon de Diane avant de continuer sur un kilomètre et demi à l’ouest vers les jardins. Elle se situe à mi-chemin entre le commencement de la rue principale (Via Maestra) du bourg et la partie finale de l’Allée centrale des jardins, où se trouvait le Temple de Diane.