L’Orangerie dans les Écuries de Juvarra

L’Orangerie

 

En venant des jardins ou de la librairie-boutique, on accède à l’immense nef intérieure de l’Orangerie, un espace d’une grande richesse de lumières et décorations.

L’intérieur, imposant par ses dimensions, avait également été conçu pour assurer de riches effets plastiques et de clair-obscur : des niches pratiquées dans les parois latérales rythment le revêtement en créant une forte dynamique. La partie sud est caractérisée par la grande luminosité des fenêtres en arc surmontées d’un oculus (pour accueillir le maximum de lumière et de chaleur l’hiver), la partie nord par la réplique des fenêtres en trompe l'œil sur le mur de séparation entre l’orangerie et l’écurie.

Juvarra avait prévu de riches ornements de stuc pour les piliers, niches, voûtes et fenêtres, capables de rivaliser avec ceux de la Grande galerie, mais il n’en réalisa qu’une petite partie et ils disparurent au cours du XIXe siècle.